Appareillage pour atmosphère explosible
Téléphone
+33 (0)3 83 33 22 04
Directive ATEX

Directive
ATEX

La nouvelle directive ATEX

 
La directive 94/9/CE imposera des prescriptions nouvelles aux fabricants et aux utilisateurs d'équipements pour zones à risque d'explosion.
 

Elle est entrée en vigueur le 1er juillet 2003.
Depuis de cette date, seuls les produits correspondant aux exigences de cette directive peuvent être commercialisés dans les pays de l'Union Européenne.
 

Cette directive prévoit notamment :

L'agrément par un organisme notifié non seulement du produit (par examen CE de type), mais également l'agrément du système d'assurance qualité de production de son fabricant.
 

L'apposition du marquage "CE" sur les étiquettes des différents produits. Ce marquage signifie que le produit répond aux directives "Nouvelle Approche" le concernant : directive ATEX, mais aussi le cas échéant directive Machines, directives Basse Tension, etc...


Exemple de marquage :


La distinction entre les atmosphères explosives dues à la présence de gaz, vapeurs ou brouillards (code : G = Gaz) et les atmosphères explosives dues à la présence de mélanges d'air avec des poussières (code : D = Dust). Les procédures de certification des appareils pour ces deux types d'atmosphères dangereuses seront différentes, et un marquage correspondant "G" ou "D" sera apposé sur l'étiquette de l'appareil certifié.
 

L'introduction de règles de conception et de fabrication visant à améliorer la sécurité des appareils, pour qu'ils puissent fonctionner de façon sûre pendant leur durée de vie prévisible : choix des composants, ouverture par un outil spécial, prévention contre la surcharge des appareils au moyen de limitateurs appropriés, protection contre les charges électrostatiques, les courants électriques parasites et les fuites, les échauffements inacceptables, etc...
 

La prise en compte des conditions de fonctionnement des appareils : humidité, vibrations, pollution, tensions parasites...
 

L'application du principe de sécurité positive (fail-safe) aux dispositifs de sécurité, qui doivent agir directement sur les organes de contrôle concernés, sans être relayés par le logiciel.